fr-2017-francais

Admettre un échec, c’est quelque chose d’extrêmement difficile à faire. Pour beaucoup d’entre nous, habitués très jeunes à nous focaliser uniquement sur le succès, dévier du « chemin de la perfection » est inacceptable. En dépit des archives qui témoignent que certaines des plus grandes réussites académiques, culturelles et matérielles de l’homme se sont produites après l’itération d’échecs ou d’erreurs, le sentiment négatif associé à la défaite persiste. JK Rowling, elle-même familière avec l’échec, a justement souligné dans son discours intitulé « Les bienfaits de l’échec et l’importance de l’imagination », qu’« on ne peut pas éviter une certaine dose d’échec dans la vie. On ne peut pas vivre une vie sans échouer quelque part, à moins de faire tellement attention à tout ce qu’on fait, qu’il est tout aussi bien de ne pas vivre — auquel cas on échoue par défaut ».

Il s’agit de la neuvième année de publication du Rapport d’échecs d’Ingénieurs sans Frontières. Il sert à mettre en évidence certains échecs expérimentés à tous les niveaux de l’organisation, aussi bien ici qu’à l’étranger. L’édition de cette année comprend onze articles et une introduction de l’honorable Bob Rae donnant un aperçu des échecs systémiques et individuels qui se sont produits au cours de l’année précédente, et des leçons retenues de chaque affaire. Nous espérons que vous – nos lecteurs — avec ces articles, puissiez gagner de l’inspiration, apprendre à repérer les échecs dans votre équipe, et aussi à mieux apprécier le dur procédé derrière l’identification des principales causes de l’échec en tant que premier pas vers leurs corrections.

Ce rapport n’aurait pas été possible sans le généreux et précieux soutien de certaines personnes. Ashley Good a travaillé avec l’équipe du Rapport d’échecs depuis ces débuts modestes en 2008. Ses conseils réfléchis et mesurés étaient toujours bienvenus et appréciés, et nous lui en sommes très redevables. En tant qu’anciens éditeurs, Quinn Conlon et Christine Pu ont apporté un généreux appui et offert des conseils à notre équipe éditoriale. Nous les remercions pour leurs opinions honnêtes, leurs suggestions et leur éternel enthousiasme pour le rapport et notre équipe. Pour terminer, nous souhaitons exprimer notre profonde gratitude aux auteurs des rapports et des articles se trouvant à l’intérieur. L’échec est difficile à admettre, particulièrement dans un forum public tel que ce rapport. Nous applaudissons le courage de nos auteurs afin de nous aider à continuer une discussion tout aussi nécessaire aujourd’hui qu’elle l’était il y a neuf ans lorsque nous avons publié notre premier Rapport d’échecs – une discussion qui vise à élargir l’acceptation de l’échec comme un outil d’apprentissage.

À nos lecteurs, nous vous invitons à découvrir les histoires racontées dans les articles suivants en gardant l’esprit ouvert. Nous espérons que vous apprendrez la valeur de l’échec autant que nous, et que vous irez de l’avant en élargissant vos horizons sur son acceptation dans votre vie. À #failingforward

Bonne lecture,
Anthony Hope, Nikko Ong et David Boroto

L’équipe du Rapport d’échecs de 2016

RonanOLettre des rédacteurs