EWB in 2016

13613563_1122638587779175_4735336189095560054_o.jpg

Les préjugés à l’égard du Programme canadien de stage en développement international

Par Himel Don Khandker

Le Programme de stage en développement international a récemment commencé à offrir des stages au Canada au Bureau national d’Ingénieurs sans frontières (ISF), en plus des stages offerts dans les pays de nos partenaires d‘Afrique subsaharienne.

Même si je prévoyais partir outremer, j’ai conclu qu’il était plus logique, pour des raisons personnelles, de demeurer à Toronto et d’effectuer un stage au Laboratoire d’innovation en ingénierie (une plateforme collaborative pour les différents professionnels qui œuvrent aux avancées dans le secteur de l’ingénierie).

Même si j’étais fébrile à l’idée de saisir cette opportunité, j’avais peur de potentiellement sacrifier les aspects aventure et croissance personnelle, de même que la possibilité de faire une différence à l’international, en ne choisissant pas un stage à l’étranger. Après tout, j’avais déjà dit à mes proches que j’allais faire du travail de développement en Afrique subsaharienne. C’était un sujet de conversation qui captivait mes interlocuteurs. Ils étaient si contents pour moi et si confiants que l’expérience serait enrichissante, qu’ils ne me demandaient même pas ce que j’allais faire ou pourquoi.

Après avoir décidé de rester au Canada, j’ai remarqué que les conversations concernant mon été avaient changé. On me posait davantage de questions sur mes futurs stages. « Pourquoi veux-tu œuvrer au changement de la profession d’ingénieur ? Quel est le rôle du Laboratoire d’innovation en ce qui a trait au développement ? Pourquoi ne prends-tu pas un stage ordinaire en ingénierie, tu serais mieux rémunéré ? ». Soudainement, les détails entourant mon stage se sont mis à prendre de l’importance et j’ignorais quoi répondre aux questions.

Le Laboratoire d’innovation en ingénierie était, pour moi, un concept abstrait. Avant mon stage, les détails de mon rôle étaient nébuleux. Au lieu de m’informer plus amplement afin de justifier ma décision de travailler au Canada, j’ai commencé à me demander si demeurer à Toronto était le bon choix.

J’étais totalement dans l’erreur. Rétrospectivement, je réalise à quel point l’expérience que j’ai acquise avec le Laboratoire d’innovation en ingénierie a été enrichissante. J’ai tiré un plus grand plaisir de mon travail d’ingénieur que je ne l’aurais pu avec mon éducation formelle. J’ai fait la rencontre de gens novateurs et inspirants qui entrevoyaient un important changement de paradigme ; des hommes et des femmes dévoués, travaillant de concert afin d’optimiser le potentiel de la profession.

Les deux erreurs que j’ai commises lors de mon cheminement vers le stage ont été de ne pas m’être questionné pour défaire mes préjugés en ce qui concerne le travail d’ISF au Canada et de ne pas avoir défendu la valeur de ce genre de travail lors que les autres ont commencé à me questionner sur le but et la valeur d’un stage au Canada.

Par conséquent, j’ai contribué, à renforcer ces préjugés (auprès de ma section et de mon entourage) que les stages en Afrique ont un plus grand impact, se veulent plus enrichissants et qu’il n’y a rien à faire ici.

Au cours de mon stage au Laboratoire d’innovation en ingénierie, j’ai compris à quel point je m’étais trompé et pris conscience du danger d’idéaliser le travail en développement. Il y a tant de choses que les Canadiens pourraient faire pour améliorer le Monde. J’ai réalisé que le fait de simplifier le concept de développement ne rendait pas plus service au programme de stage en développement international qu’à la mission d’ISF. Il en va de même lors qu’on ne fait pas la promotion d’une définition plus complexe et nuancée du développement.

Même s’il a été ardu de reconnaître mes propres biais en ce qui concerne le développement, l’expérience s’est avérée enrichissante et je souhaite poursuivre mes apprentissages. En partageant mon histoire ici avec une nouvelle cohorte de stagiaires, les membres de ma section, ainsi que mes amis et ma famille ; j’entends faire la promotion d’une vision plus compréhensive du développement.

himelewbimage

RonanOLes préjugés à l’égard du Programme canadien de stage en développement international
Share this post

Join the conversation