EWB in 2016

Dawson-Consultation-with-Farmers.jpg

Cultiver les questions fondamentales

author photo (3)Par Dawson Markle, stagiaire en développement international, Services de développement des entreprises (SDE) Zambie

Pendant l’été 2015, j’étais stagiaire en développement international avec les Services de développement des entreprises (SDE) Zambie, mon travail consistant à agir comme consultant auprès d’une entreprise locale spécialisée dans les services agricoles. Après trois mois de recherches, j’ai présenté mes résultats au PDG et aux dirigeants de cette entreprise. C’est à ce moment décisif dans ma vie que j’ai réalisé que j’avais omis d’axer ma recherche sur les besoins des agriculteurs qu’elle était censée aider.

Mon travail consistant à déterminer la viabilité d’un nouveau programme qui permettrait aux agriculteurs de bénéficier des services de scarifiage (opération consistant à retourner mécaniquement des couches du sol compactes) et d’ensemencement fournis par d’autres agriculteurs possédant de la machinerie agricole. Mais je n’en ai parlé aux intéressés que lorsque j’étais déjà très avancé dans mes recherches. C’est seulement après avoir discuté avec eux que j’ai constaté qu’il était primordial d’instaurer un système de livraison plus rigoureux et plus complet pour l’approvisionnement en semences, engrais et autres intrants agricoles.

Lorsque j’ai présenté mes résultats pendant notre rencontre, le PDG de l’entreprise m’a demandé si les agriculteurs préfèreraient avoir des tracteurs ou un meilleur accès à des fournitures. Je lui ai expliqué que, selon ma brève discussion avec les agriculteurs, les tracteurs n’étaient pas une priorité absolue pour eux. J’ai eu du mal à accepter que ma recherche n’ait pas eu autant d’impact qu’elle aurait pu avoir.       

Au lieu de passer autant de temps à planifier ma recherche, j’aurais dû prendre l’initiative de rencontrer les fermiers au début de mon stage afin de cerner leurs besoins. L’importance de l’approvisionnement en intrants aurait peut-être été décelée beaucoup plus tôt, ce qui aurait changé la nature de ma recherche et m’aurait amené à agir d’une façon plus concrète et efficace pendant que j’étais stagiaire junior en Zambie.

Au plan personnel, le plus gros obstacle a été mon manque d’expérience dans ce milieu. En tant que novice en changement social, il ne me serait jamais venu à l’esprit de m’interroger sur la portée de ma recherche. Mais le processus de réflexion ascendant est précisément une des approches que SDE Zambie cherche à mettre en place dans la gestion des affaires zambiennes.

Avec une approche ascendante, il aurait peut-être été plus productif de poser des questions différentes aux personnes qui comptent le plus : « Est-ce le meilleur système pour exploiter les ressources? De quoi ont vraiment besoin les agriculteurs? Comment pouvons-nous y arriver ensemble? »

Quel que soit le travail que nous effectuons, il est important de se rappeler qu’en tant que leaders du changement social, nous devons toujours remettre en question le protocole des systèmes que nous utilisons. Si nous voulons être en mesure d’influencer le monde, nous devons être prêts à revoir notre façon de penser. Pour moi, cette réforme met au premier plan les perspectives de ceux qui sont le plus touchés par cette occasion injuste.  

RonanOCultiver les questions fondamentales
Share this post

Join the conversation